Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Plateforme d'affiliation Afflight
Mer 27 Mai - 5:21 par Luc14

» MoneyMillionnaire
Sam 19 Mai - 11:15 par François111

» Internet & Surf
Sam 19 Mai - 10:42 par François111

» Meilleur Programme d'Investissement GRATUIT (10$offert)
Sam 31 Mar - 8:45 par boubiza

» argent facile avec paypal
Jeu 21 Juil - 14:35 par dmx121

» viennaclix-jusqu'a 0.03$ par clic
Sam 18 Juin - 9:57 par manchester

» buxhost-Créer votre propre site PTC
Ven 17 Juin - 12:03 par manchester

» nouveau-buxinc- plus de 30$ par jours
Dim 12 Juin - 13:22 par manchester

» GAGNER DE L'ARGENT AVEC PAYPAL !!!!
Sam 28 Mai - 6:42 par pamel0u

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 


Mots-clés


Les types de rémunération

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les types de rémunération

Message par Admin le Mer 2 Jan - 16:32

Les types de rémunération 18/08/2005
"Comme vous avez certainement pu le remarquer à travers nos pages, il existe différents types de rémunération des campagnes. Entre CPC, CPM, CPL et CPA, il est parfois difficile de comprendre ou de choisir. Nous faisons ici le tour des différentes solutions qui s’offrent à vous. Le choix du type de rémunération est une phase importante dans le choix d’une campane."


Rémunération au clic (CPC)
En diffusant ce type de campagne sur votre site, vous serez rémunéré à chaque fois qu’un de vos visiteurs cliquera sur le visuel de l’annonceur. Les campagnes au clic sont très efficaces lorsqu’elles sont correctement mises en évidence. Mettre une telle campagne en bas de page tient de l’inconscience.

Les rémunérations au clic ont fortement chuté il y a quelques années. Il était impossible de baser la rentabilité d’un site web sur de telles campagnes. Les choses ont désormais changé, le clic devient incontournable sur certaines cibles et il peut être intéressant de baser une politique de rentabilisation sur ce seul type de rémunération. On estime souvent le taux de clic aux alentours de 0,5 % sur ces campagnes, soit 5 clics pour 1000 affichages.

L’incitation au clic (appelé « incentive ») est interdite la plupart du temps. Les vérifications sont faites sur les IP et les cookies afin d’éviter de comptabiliser plusieurs clics d’un même visiteur dans la même journée.

Les annonceurs ont parfois peur de pousser les éditeurs à tricher en leur proposant une rémunération au clic. En effet il est plus simple de tricher sur ce type de campagne que sur une campagne à la performance (formulaire ou vente) ou au double-clic. Certains logiciels (robots) permettent de tricher facilement sur ces campagnes. Nous ferons certainement un dossier sur le sujet dans les prochains mois. Cela dit on se rend rapidement compte que les annonceurs commencent à apprécier de plus en plus ce type de rémunération, même si il leur impose une surveillance accrue. En effet si beaucoup de clics sont réalisés sans qu’il y ai résultat, l’annonceur fait généralement un tri dans les affiliés.

On remarque également que de plus en plus de régies tentent de s’implanter avec des campagnes exclusivement au clic. Citons notamment PubClic, Oxado et YouClic. PubClic semble s’éteindre petit à petit tandis que YouClic, un nouvel arrivant, propose des rémunérations attractives entre 0,08 € et 0,15 €/clic.

Il est difficile de parler des rémunérations au clic sans parler des liens sponsorisés et liens contextuels. Les liens contextuels sont des liens ciblés automatiquement sur le contenu de la page. Ils sont proposés par les principaux moteurs de recherche, citons notamment le programme « Google Adsense » du moteur de recherche du même nom qui fait largement office de favori. Les récents communiqués ont récemment annoncé « Yahoo ContentMatch », qui se targuera d’être un concurrent de taille. MSN a d’ailleurs annoncé également qu’il participerait à la lutte en lançant son programme « AdCenter ». Les liens sponsorisés sont quant à eux des liens ciblés sur un mot clé précisé par le webmaster. Ils permettent notamment d’afficher des liens rémunérés au clic qui seront ciblés sur un mot clé ; cette possibilité est très utile pour rentabiliser un annuaire. Parmi les principaux acteurs, il y a Miva (nouveau nom d’Espotting), Overture et DeepIndex.
Rémunération au double-clic (CPDC)
Le double-clic est l’action pour un internaute de cliquer sur le visuel de l’annonceur sur une page de l’éditeur et de cliquer ensuite sur un lien du site de l’annonceur. Le double-clic remplace petit à petit le clic dans l’esprit des annonceurs car évite indéniablement la triche. Mais les éditeurs eux n’en sont pas friands et bien souvent refusent d’afficher ses campagnes. C’est sans doute pour cette raison que certaines plateformes ne proposent pas encore ce mode de rémunération. Le double-clic est très logiquement payé plus cher que le clic mais on note une perte de plus de 30% par rapport aux campagnes au clic du fait qu’une grande proportion des visiteurs quitte le site de l’annonceur dès la première page.
Rémunération à l’affichage (CPM)
La rémunération à l’affichage est en réalité une rémunération pour 1000 affichages d’un visuel de l’annonceur. Certaines régies ne rémunèreront l’affilié que pour chaque lot de 1000 affichages tandis que d’autres rémunèreront chacun des affichages (en comptant 1 affichage = rémunération au CPM/1000).

Les campagnes au CPM sont souvent interdites en bas de page. Les bannières doivent donc être visibles à l’internaute sans qu’il ai besoin de scroller de manière à ce que chaque affichage de la bannière ai réellement pu être vu par chacun des internautes. Un capping est souvent précisé sur ces campagnes de manière à ne pas montrer tous les affichages à quelques internautes seulement.

Ces campagnes peuvent parfois bénéficier d’une mauvaise réputation du fait qu’elles sont rarement appliquées sur des formats tels que les bannières ou les skyscraper mais souvent sur des formats beaucoup plus intrusifs tel que le popup, popunder, siteunder, supersticiel, etc.

Ceci les affiliés apprécient généralement le fait d’avoir quelques campagnes au CPM sous la main ; le principal avantage étant qu’elles sont rémunérées quelque soit l’internaute et ses actions sur le site. De plus elles permettent de se faire une idée très précise du total des gains effectués sur ces campagnes, vous pourrez donc faire ce calcul très simplement et ne pas avoir de surprise.

Je vous annonçais que la triche est plus présente sur les rémunérations au clic mais ce n’est pas toujours le cas. Les campagnes au CPM souffrent également de ce fléau, à cause surtout des boosters de trafic qui gonflent artificiellement les statistiques.

Face à la baisse constante des rémunérations au CPM, on en trouve plus comme il y a quelques années à plusieurs euros. Une bonne campagne au CPM maintenant est à partir de 0,5 €/CPM sur un format tel que la bannière et à plus d’1 € sur un format plus visible.
CPM relatif
Le CPM relatif est le coût relatif d'un programme (ou campagne), quelque soit le type de rémunération, ramené au CPM. En effet, par nature, il est toujours délicat de comparer des pommes et des bananes comme il est difficile de comparer des campagnes au CPC, au CPL, au CPM, etc. Si vous ramenez la rentabilité des différentes campagnes au CPM, vous pourrez les comparer.

Bien évidemment le CPM relatif d’une campagne dépendra du site, du public visé et surtout des performances du site et de la campagne en question.

Si vous aviez l'habitude d'afficher des campagnes à 1 € le CPM avec un taux de clic à 0,5% (5 visiteurs pour 1.000 bannières), vous remarquez que vous êtes rémunérés 1€ pour 5 visiteurs amenés à l’annonceur. Si vous voyez une campagne à 0,15 € du clic et que vous estimez le taux de clic sur cette campagne à 0,8 € vous remarquerez que votre CPM relatif est de 1,2 €, ce qui est très bon. Vous pouvez donc afficher sans crainte.
Rémunération au formulaire (CPL)
Une campagne au CPL (Cost Per Lead) est une campagne rémunérée à l’affilié chaque fois qu’il amène un internaute sur le site de l’annonceur et que cet internaute rempli le formulaire pour lequel la rémunération est proposée. Ces campagnes font partie de ce qu’on appelle des campagnes à la performance.

On pourrait imaginer par exemple un annonceur qui rémunèrerait un affiliés chaque fois qu’il amène un visiteur qui s’inscrit à sa newslettre ou à chaque inscription sur le site de l’annonceur.

Le problème d’une grande partie des campagnes au CPL est le principe de l’optin. Lorsque vous voyez qu’une campagne au formulaire est rémunérée à optin, faites vos calculs pour vous rendre compte de la rentabilité réelle de ce programme.

Pour ces campagnes, un grand nombre de visuels sont proposés par les annonceurs mais bien souvent, ce n’est pas la meilleure solution pour profiter d’une telle campagne. Réservez plutôt ces emplacements pour les campagnes au CPC ou au CPM. En effet, la probabilité pour qu’un internaute clique sur une bannière et s’inscrive ensuite sur le site de l’annonceur est relativement faible. Il est préférable de faire la promotion de ces campagnes en leur dédiant une page ou en encart afin de donner envie à l’internaute d’en savoir plus. Il n’est pas rare dans ces conditions d’avoir des taux de transformation de 5 à 10%, voir même plus.

Les rémunérations au formulaire sont très répandues dans le domaine de l’affiliation, la plupart des annonceurs désirant augmenter leur base de membres.
Rémunération à la vente (CPA)
Une campagne au CPA (Cost Per Action) est une campagne rémunérée à l’affilié chaque fois qu’il amène, sur le site de l’annonceur, un internaute qui réalisera un achat. Ces campagnes font partie de ce qu’on appelle des campagnes à la performance.

Les annonceurs ont le choix entre deux types de rémunérations à la vente. Ils peuvent par exemple proposer une rémunération fixe et identique sur chacune des ventes. Afin de motiver les affiliés à engendrer de plus grosses ventes et ne pas trop rémunérer les achats minimes, les annonceurs peuvent également rémunérer au pourcentage.

Les campagnes à la vente marchent de mieux en mieux ces dernières années car les internautes ont de plus en plus confiance dans les systèmes de payement sur Internet. De plus ces achats sont désormais simples à réaliser et à la portée de n’importe qui. L’avènement des connexions haut-débit dans la majorité des foyers n’y est pas non plus pour rien.

Les annonceurs sont friands de ce type de rémunération car ils sont gagnants à tous les coups.

_________________
avatar
Admin
Admin

Masculin
Nombre de messages : 1335
Age : 38
Date d'inscription : 05/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum